forum test
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La prison de Rabanastre, Section A.

Aller en bas 
AuteurMessage
Jenny
Etudiant Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 728
Age : 28
Localisation : Tu es sûr de vouloir le savoir?
Arme : Epée lourde
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: La prison de Rabanastre, Section A.   Ven 11 Jan - 21:34

Jenny pénétra dans la pièce circulaire et resta un moment pensive. Le décor était vraiment celui d'une prison: un mur de brique terne, une pièce poussièreuse et sombre, des vieux tonneaux dans un piteux état était posés dans un coin et étaient renversé, poussé par inadvertance ou défouloir des gardes qui ne pouvaient plus se faire les nerfs sur les prisonniers déjà morts.... Il y avait quelques chaines rouillées accrochées au mur. La pièce était donc circulaire et semblait déserte.
La jeune Turks s'avança d'un pas prudent jusqu'à son centre et leva la tête pour regarder les charpentes du lieu; même les araignées n'y avaient pas domicile...
Un bruit, peut-être un cri lointain, survint soudain, brisant le silence qui s'était installé. Jenny tourna la tête et détailla les différentes voies qui s'offraient à elle. Elle constata qu'il y en avait trois et que chacunes semblaient mener à un lieu-clé... Elle se mit à hésiter et attendit un signe, lui indiquant où pouvait se trouver Vincent, tout en scruptant la pénombre pas très rassuréé...

(A toi Basch lol)

_________________

Auron: "Se battre dans la vie c'est bien mais se battre pour la vie, c'est encore mieux..."
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://final-kingdom.forums-actifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Dim 13 Jan - 21:19

Basch entendit le bruit pour lequel Jenny s'était retournée. Plus il y repensait, plus il était persuadé que s'était un cri de torture de Vincent. L'adrénaline lui vint aux cerveau passant par les veines et une immense énergie s'emparra de lui. Il essaya de se calmer mais la colère montait peu à peu.
Le guerrier, ou plutôt bourrain, prit la voix la plus neutre possible.


Je n'ai jamais pénétré ici Jenny, il ne faut pas s'attendre à ce que ce soit mon statut qui nous sauve la vie ou qui nous guide au travers ces tunnels. Mais selon moi, le cri provenait de la voie la plus à gauche.
Attends, peut être pourront nous trouver quelque indication sur les morts.


Basch s'approcha du prisonnier décédé le plus proche de lui. Il vira un morceau de planche du corps et fouilla dans les vieux vêtements déchirés. Il n'y trouva rien. Pensez donc, les gardes se sont bien gardé de respecter la coutume de ne pas violer la mémoire des cadavres...
L'homme s'écarta du corps, un peu dégoûté par son état de décomposition à peine commencé et les vers qu'on pouvait voir en train de gesticuler sous la peau.
Soudain, son attention se déporta sur autre chose. Un autre cadavre, mais celui-ci, plus vieux. On pouvait voir une bonne partie des os et les vers avaient mangés l'abdomen de la victime. Basch s'approcha de lui, les yeux légèrements plissés sur un gros trou sans peau près de l'endroit où était situé le nombril autrefois.
Dans ce trou, on pouvait voir quelque chose de blanc sale, froissé. Le guerrier blond s'accroupit au près du corps et sa main pénétra dans le trou de l'abdomen pour y prendre .... Le papier.
Basch chuchota.


...Jenny... Regarde. J'ai trouvé ça dans le corps du prisonnier.... C'est un papier inscrit... Ca à l'air d'être écrit avec du sang. Ecoute :

"....Aujourd'hui, mon ami de cellule et moi comptons un nouveau jour de notre emprisonnement. Dans peu être 15 minutes, on viendra nous porter notre nourriture journalière et un peu d'eau. Ou peut-être 2 heures... Je ne sais pas, je perds la notion du temps dans ce lieu où l'on ne peut voir la lumière du soleil.
Arguès me dit qu'un jour, nous sortirons d'ici et nous reverrons le grand air. Mais je n'y crois pas. Je lui laisse tout de même cet espoir, il faut bien qu'il ai un moyen de survie.
Est-ce un bien ou un mal ? Ces salops nous ont mis dans une seule cellule, déjà trop petite pour une personne. On ne peut quasiment pas bouger, j'ai l'impression que cela fait des années que nous sommes enfermés.
Petit à petit, j'oubli la sensation des embruns sur mon visage, le vent qui souffle dans mes cheveux, le goût du bon gibier qui fond dans la bouche. Je me force à me rappeler toutes ses choses pour ne pas les oublier, et oublier tout ce qui peut me retenir en ce monde.
...
J'entends du bruit ! Peut-être qu'on va nous apporter de la nourriture.... Ou peut-être qu'on va nous torturer à nouveau pour me faire cracher mes aveux... Je dois arrêter pour cette fois-ci, car ils vont me confisquer mon journal s'ils le voient.
...
Ils nous ont emmenés dans une pièce circulaire, et nous ont torturés. Je crois que je vais y passer cette fois-ci. Arguès est déjà mort, et avec lui, la moitié des informations. Mais ils ne le savent pas. Ils sont partis emmener son corps dans le four, je n'ai que très peu de temps avant qu'ils reviennent.
Si quelqu'un veut un jour s'évader d'ici sans passer par la pièce le grand escaliers, il devra prendre le tunnel de droite. Si quelqu'un voudra aller dans le lieu des supplices, il devra aller à gauche en continuant toujours tout droit. Et si quelqu'un veut se rendre aux cellules, le tunnel du milieu....
On vient, en espérant que mon journal vienne en aide aux prisonniers de cet enfer. Je n'ai d'autre choix que de l'avaler sinon on va me le confisquer... Adieu."


... Jenny.... Ce corps est vieux et le prisonnier à l'ai d'être quelqu'un d'honnete.... Tu sais ce que ça veut dire ? Que ça fait maintenant quelques temps que les traîtres ont pris possessions de ses lieux. Et s'ils ont mis deux prisonniers dans cette cellule, c'est certainement pas pour qu'ils se prêtent main forte... Les cellules devaient être remplies. C'est horrible quand on sait que la plupard de ses gens sont innocents...
... En tout cas, grâce à la mémoire de cette personne, on sait où aller.


Basch regardait Jenny qui semblait horrifiée mais essayait de le cacher. Le guerrier détourna son regard et commenca à marcher droit vers le tunnel de gauche, la main droite crispée sur le bout de parchemin. Il repensait aux dernières écritures qui semblaient précipitées.
Arrivé à l'entrée du tunnel, Basch attendit Jenny qui n'avait toujours pas bougé de place.
Revenir en haut Aller en bas
Jenny
Etudiant Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 728
Age : 28
Localisation : Tu es sûr de vouloir le savoir?
Arme : Epée lourde
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Lun 14 Jan - 0:50

Jenny écouta stupéfaite le journal que Basch venait de prendre d'un cadavre en état de décomposition avancé. Si elle n'avait pas été habitué à la vision de cadavre, lors des nombreuses attaques de Sin, elle aurait juré qu'elle auarait été prise de nausées ou qu'elle se serait évanouie... Pendant que son regard s'était figé sur le défunt. Basch était déjà partit vers l'entrée du tunnel à gauche. La jeune Turks resta encore un moment immobile avant de le rejoindre, se jurant d'allumer à sa sortie, une bougie pour tous les malheureuses personnes qui ont été torturées.

- C'est horrible, comment peut-on être aussi cruel?

Elle avait le visage blême mais essayait de sourire pour ne pas inquièter l'homme. Ils prirent donc le tunnel et s'avancèrent prudemment, à mesure que leur destination approchait. Le même bruit de toute à l'heure se fit plus proche et Jenny put reconnaitre la voix d'un homme. Elle frissonna en l'entendant et réalisa que ce cri ne lui était pas inconnu.
Ce fut lorsque le cri se fit entendre une troisième fois, plus proche et plus douloureux que jamais, que les dernières couleurs qui vagabondaient sur les joues de Jenny disparurent. Elle se mit à trembler de la tête aux pieds, épouvanté par la funeste révélation: C'était Vincent qui se faisait torturer à l'instant même! Prise de panique elle jeta un coup d'oeil à Basch qui semblait, cette fois-ci, trop horrifié pour le cacher à la jeune fille.
Elle aurait voulu réfléchir à toute vitesse et trouver un plan pour le faire sortir sans bobo, mais la situation voulait qu'elle n'en n'eut pas l'occasion et la volonté. Elle s'élança vers le lieu où les cris résonnaient, sans regarder derrière elle, ne sachant si Basch l'avait suivit ou non, même s'il lui avait dit quelque chose.
Elle sortit les petits couteaux qu'elle avait toujours sur elle et s'avança en silence dans la pièce de tortures: La salle était assez grande, mais tellement remplit d'instruments horribles utilisé pour les interrogations ou pour juste le plaisir des ces salauds, qu'elle semblait petite. Là, Cinq soldats étaient réunit autour de quelqu'un qu'elle ne put distinguer, mais un grognemment rauque apparut et elle devina avec malheur que c'était Vincent qui se trouvait au centre. Elle en vit un prendre une épée et la poser sur le dos nu de son ami qui cria de douleur. Ce ne fut qu'àprès constatation qu'elle comprit que la lame était chauffé à blanc. Les hommes riaient autour de lui et semblaient heureux de lui faire autant de mal.
Une rage qu'elle n'avait pas ressenti depuis de nombreuses années la submergea et elle s'avança vers eux, sans la moindre hésitation, ne faisant aucuns efforts pour se cacher, au contraire. Elle n'avait que des pensées de massacres et de choses saignantes qu'elle allait leur faire, elle devina que ses yeux étaient devenus bleus mais cela ne la dérangea pas le moins du monde, surtout quand elle passa l'une de ses lames sur la gorge du soldat le plus proche et qu'elle l'égorgea sans la moindre hésitation. Un bruit affreux sortit de la gorge de l'homme avant qu'il ne s'écroule, mort. Les autres soldats se retournèrent, allerté par le bruit, mais apparemment pas assez vite. Jenny eut le temps d'en égorger un autre, et lança ensuite le couteau entre les deux sourcils d'un troisième. Elle attrapa vite fait un quatrième qu'elle balança loin d'elle et projeta le dernier contre le mur, inconscient.
Elle s'avança alors vers Vincent, souffrant, respirant faiblement et ensanglanté. Mais au moment où elle allait se calmer pour s'approcher de lui, une tristesse incommansurable dans l'âme, le 4ème soldat se leva et prit l'épée chauffée à blanc pour attaquer Jenny qui lui tournait le dos...

(Je te le laisse mon cher! ^^ Moi je pense que je me suis suffisamment défoulé lol)

_________________

Auron: "Se battre dans la vie c'est bien mais se battre pour la vie, c'est encore mieux..."
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://final-kingdom.forums-actifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Mer 16 Jan - 20:54

(Mince, c'est dégueulasse, t'en as mis 5 et t'en as tué 3..... Il faut qu'on en garde un pour le questionnaire donc j'en ai plus qu'un seul à moi !!!! C'est malin..... Bon ben puisque c'est comme ça, je vais en faire venir un ou deux autres pour mon plaisir personnel ^^)

Jenny et Basch n'étaient pas encore repérés quand les gardes posèrent la lame chauffée à blanc sur Vincent. Un nouveau jet d'adrénaline monta au cerveau du bourrain. Il essayait de se contrôler une nouvelle fois quand Jenny courra les tuer sans crier garde. Elle avait fait un sacré bouquant... Si bien que deux traîtres vinrent au secours de leurs collègues. Basch les entendaient arriver par le même endroit où ils étaient passé; Donc, derrière lui.
Ni une ni deux, le chevalier pris sa dague cachée et la lanca sur l'un des gardes. Elle l'atteignit dans l'épaule gauche et ce dernier recula sous le coup de la puissance de la lame.
Le deuxième traître arriva sur Basch, son épée en main. Et le guerrier, désarmé fit un écart au moment où il aurait dû être touché. De toute la force et la puissance de son bras, augmentées par son adrénaline, il frappa le garde dans le cou, démunit d'armure.
La "boîte de conserve" tomba sous le choc et Basch n'eut qu'à prendre l'épée et lui couper la tête. Le sang gicla en jets par l'artère coupée et des bouts de chair et de muscle restèrent pendus à la base du cou, dorénavant dépourvu de tête.
Basch s'approcha de Jenny et vu un des soldats qui s'approchait de Jenny muni de l'épée chauffée. Face à cette vision d'horreur, le guerrier senti son sang couler dans ses veines à une vitesse incroyable. Il s'élanca, de toute sa puissance vers le garde qui se tourna vers lui en l'entendant arriver.
La ferraille attaqua avec l'épée chauffée et Basch parra son coup avec sa propre lame, ce qui valu un court recul de la part du garde. Profitant de cet instant, le guerrier aux cheveux blonds fit de même et lui transperça l'armure et le corps, pris en sandwich entre les deux bouts de fer. Basch lacha l'épée pour que le garde puisse tomber tranquillement (^^') et lui pris la lame chauffée à blanc des mains. Il le décapita.
Enfin, le garde que le bourrain avait transpercé de sa dague se releva et ce dernier lui addressa la parole.


Toi là-bas ! Si j'étais toi, je ne bougerais pas !

La voix du guerrier s'était élevée comme un grondement résonnant dans la pièce sinistre. Le garde ne bougea plus d'un cil. Basch se tourna alors vers Vincent et Jenny et sa voix devint un peu plus sereine.

Jenny, donne lui toutes les potions que tu m'as dis que tu avais pris de l'eau de vie. Met lui sur les plaies qui risquent de s'infecter. C'est un vrai nid à merde cet endroit.
Pendant ce temps, je vais interroger notre petit ami.


Basch se retourna une nouvelle fois vers le garde et s'approcha de lui, d'un air très calme et cruel, la lame chauffée toujours à la main. Il s'accroupi et poussa le traître qui tomba assis au sol.

Eh bien mon gars. Il me semble que nous avons un différent. Si tu réponds correctement à toutes mes questions, ta peine sera allégée. Sinon, .... Je te laisse imaginer. D'abord la torture, eh bah oui, j'use des mêmes méthodes que vous poura faire parler un ennemi. N'oubli pas qu'on vient du même endroit à la base toi et moi. On a eu la même éducation militaire. Et ensuite, eh bien .... la mort. Enfin la mort..... Disons que je vais te laisser accroché à des chaînes de tortures et du crèvera de faim.
Voilà, maintenant que le topo est fait, nous allons pouvoir communiquer. D'abord, qui est ton boss ? Comment s'apelle-t-il ? Qu'elles sont les projets de votre organisation et pourquoi ? ....
Parle...


Le soldat, appeuré par le sort qui l'attendait se dépécha de répondre avec une voix aussi rapide que modulée par son stress.

Je.. Je vous assure, je sais pas qui est le grand patron... Ils... se méfiaient de moi.... (Voyant que Basch faisait un mouvement d'impatiente) M..Mais j..Je sais que le surnom d..de la personne ch..Chargée de n..nous commander à Rabanastre est ... Sulf... Sulfuro Silli !
Le.. b..but du Soleil Couchant e...est d'unifier t...toutes les contrées d'I... Ivalice p..pour que le b..boss devienne l'empereur d.. du monde...
J..Je vous en supplie !! Ce... Ce n'est pas de ma faute, je.. n'avais pas le choix ! Ils.. Ils m'ont forcés et.. ils m'ont torturés aussi ! Je vous en... Conjure, emmenez-moi avec vous ! J..Je pourrais v..vous être utile !!


Devant ces avoeux pertinents, Basch ne pût s'empêcher de redevenir un peu humain. L'air pensif, il réfléchit quelques secondes, sous le regard implorant du garde. Après reflexion, le guerrier approcha sa main de l'épaule du garde, où plutôt du jeune homme et enleva la dague. Ce dernier couina sous la douleur mais fut soulagé de ce geste. Après quoi, Basch fouilla dans sa poche et pris une potion qu'il lui donna.

Tu viens avec nous, et tu n'as pas interêt de faire une seule boulette. Je t'ai à l'oeil.
Jenny ! Où en es-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Jenny
Etudiant Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 728
Age : 28
Localisation : Tu es sûr de vouloir le savoir?
Arme : Epée lourde
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Jeu 17 Jan - 23:27

Un bruit se fit derrière Jenny au moment où elle allait commencer à soigner Vincent, inconscient et souffrant. Elle se retourna à temps pour apercevoir le soldat qu'elle avait laissé en vie qui changea de cible et se retrouva en face d'un Basch furieux et particulièrement gore, à en juger par les hommes gisant et baignat dans leur sang, avec ou sans leur tête. Elle sentit un frisson la parcourir légèrement lorsqu'elle aperçut la tête de l'homme voler, dans un bruit sourd. Mais la santé de Vincent comptait trop pour elle, pour qu'elle n'ai le temps de penser aux victimes de leurs attaques, c'était tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à réfléchir avant de devenir des traitres et s'en prendre à des innocents.
Pendant que Basch s'était mit à interroger le seul survivant du massacre, elle se pencha sur l'homme ensanglanté et le soigna du mieux qu'elle put. Potions, bandages, alcool pour désinfecter, tous passa dans les soins necessaire pour assurer la survit de Vincent. Lorsqu'elle eut finit, elle se mit à l'observer. Basch venait également de finir son entrevu avec le soldat qui, apparemment, les accompagerait pour la suite. Elle, elle s'en fichait, la seule chose qui était importante était qu'elle avait réussit à retrouver vivant le nouveau Turks.
Ce ne fut que lorsque que tout redevint calme, que Jenny réalisa que Vincent était torse nu et qu'il était gelé. D'un bond, elle se dirigea vers la table des tortures où ses habits avaient été posé et les posa sur le corps endormit. Elle se mit alors à le frictionner pour que la chaleur reprenne le dessus. Pendant qu'elle faisait ça, elle sentit des spasmes provenant du corps qui lentement semblait reprendre vie....

- Basch! Vincent se réveille!

Elle affichait un sourire remplit de bonheur et ses yeux venaient de reprendre leur couleur noir habituel, signe qu'elle décompressait et était rassurée...

(Je laisse la suite à Vincent! ^^ A moins que tu n'ai envie de répondre avant, Basch)

_________________

Auron: "Se battre dans la vie c'est bien mais se battre pour la vie, c'est encore mieux..."
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://final-kingdom.forums-actifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Jeu 17 Jan - 23:57

(Eh bien comme je suis libre, je vais prendre la suite. J'ai corrigé des 5, 6 fautes d'orthographe ma belle Wink Histoire de dire que ce soir, je ne suis pas le seul à en faire.)

Basch regardait le jeune soldat lorsque Jenny cria que Vincent revenait à eux. Le guerrier se détourna du jeune et accoura au chevet du compagnon de la petite Jen.
Le demi-démon faisait quelques mouvements mais sans plus. Il decida alors d'attendre quelques instants que son ami se réveille.
Basch se tourna vers le jeune soldat et demanda.

Comment t'appelles-tu ? Quel rang as-tu ? Depuis combien de temps tu es dans la garde et ils t'ont enrôlé ?

... Regg Valmer, Capitaine. Je suis soldat 2eme grade. J'ai 20 ans et je suis entré dans la garde de Rabanastre il y a deux ans. Cela fait un mois qu'ils m'ont.... Forcé à venir.


Bien... Tu pourra nous être utile. As-tu déjà prouvé ta valeur dans une quête quelconque ?


J'ai déjà eu une expérience sur le terrain. Je faisais parti du groupe n°3. Nous sommes allés sur le front contre les monstres voici deux mois. Au retour, nous n'étions plus que cinq.

C'est la vie ça mon p'tit. T'en verra d'autres tu verra. Et bien pire.

A ces mots, Basch se retourna vers Vincent et vit qu'il venait d'ouvrir les yeux, tel un petit chaton qu'on aurait soigné jusqu'à ce qu'il puisse ouvrir les yeux puis gambader.

( Voilà, à toi Vincent ! ^^)
Revenir en haut Aller en bas
NPG
professeur
avatar

Nombre de messages : 180
Date d'inscription : 26/12/2007

MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Ven 18 Jan - 23:28

Tout était sombre, les douloureuses brûlures qui lui tenaillaient les bras et les jambes lui donnaient l'impression de s'être plonger les membres dans une piscine d'huile bouillante. Le silence trop pesant lui faisait mal aux oreilles et un énorme mal de tête lui donnait envie de crier. Neanmoins, il ne le put, car il se sentait déjà mourir et n'avait plus assez de forces pour n'ouvrir ne serait-ce qu'une paupière.
Les lames chauffées à blanc avaient cessé depuis un moment leur oeuvre satanique, à moins qu'il venait d'entrée dans la dernière phase du bien être que les mourrants ressente avant de se rendre dans l'Au de-là? Alors que cette pensée lui donna un désagréable ressentiment de vie ratée, une étrange sensation, une sensation qu'il n'avait pas ressentit depuis longtemps, bénéfique, le ramener à la vie.
Ses blessures ne lui faisaient plus mal et une impression de bien-être l'envahi: une chaleur lui redonnait de la force. Ce ne fut qu'à un moment de son retour à la conscience qu'il comprit que quelqu'un était en train de le toucher, le frictionner, le rechauffer...
Sa guérison était dût à quelqu'un? Une personne s'était penchée sur son sort et lui avait sauvée la vie?!
Les sons revinrent et il put distinguer une voix familière tout près de lui.

-........! Vin....cent ......se réveille!!!

Les derniers mots se firent encore plus nets dans l'esprit de l'homme qui se mit à ouvrir ses paupières semblant étrangement lourdes. Tous étaient flous mais il distingua une ombre lointaine faisant les cent pas entre lui et une autre masse, posée plus loin... Vincent leva les yeux vers la personne qui avait parlé et était apparemment la personne qui venait de le sauver. Il eut un sourire léger lorsqu'il reconnu la jeune Turks fanatique de lui.
Jenny avait un sourire radieux en le voyant se réveiller et l'homme resta un instant à l'observer, soulagé qu'elle soit ici, en pleine forme. Mais alors qu'il allait essayer de dire quelque chose, la silhouette lointaine réapparut dans son champ de vision et il put apercevoir Basch. Une montée d'adrénaline monta soudain dans ses veines et il se releva à une vitesse anormal. Il dévisagea l'homme, la haine et l'incompréhension qu'il avait eu lors de son arrestation à nouveau présente, il n'arriva à dire qu'une chose:

- POURQUOI?!

Sa voix était plus rauque qu'à l'ordinaire, enroué par les cris qu'il avait poussé lors de ces longues heures de tortures. Mais ses forces n'étaient pas encore revenu pour lui permettre de tenir assit sans soutiens. Il retomba en arrière mais des mains lui aggripèrent les épaules et le gardèrent assit. Il jeta un rapide coup d'oeil vers Jenny qui faisait de son possible pour son bien-être. Il remarqua alors à quelle point elle était pâle et fatiguée. Qu'avait-elle donc fait pour en arriver là?!
Vincent repporta son attention sur Basch, voulant connaitre le fin mot de l'histoire, portant les accusations de son arrestation et ses tortures sur la tête du chevalier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Sam 19 Jan - 16:48

Après tout ce qu'ils avaient faits pour en arriver là, Jenny et lui, Basch se senti un peu désemparé lorsqu'un regard plein de haine se posa sur lui. Il resta quelques secondes sans rien comprendre alors que Vincent s'était rassit par dépit. Puis il comprit. Le blessé ne savait rien, c'est vrai... Il avait été la victime d'une horrible organisation qui comprenait une bonne partie de la garde de Rabanastre. C'était donc normal qu'il prenne Basch pour responsable, étant donné que c'est lui qui donne les ordres en temps normal.
Le guerrier recouvra ses esprits et son regard se fixa sur Vincent, puis il s'en approcha et s'accroupit pour être à sa hauteur.


J'avais oublié... Tu n'es pas au courant. Alors je vais te faire un rapide topo de la situation.
Une organisation secrète portant le nom de "Soleil Couchant" a été créée pour ralier les gardes de toutes les villes à leur cause afin de proclamer Maître du monde la personne qui est à sa tête. Bien sûr, l'alliance de la garde n'est faite que de corruption, de torture et de menaces. Méthodes pour le moins déconcertantes, bien qu'efficaces. Le plus "marrant" c'est qu'ils me connaissent parce qu'ils n'ont jamais essayé de me corrompre, moi. Quelqu'un dans leurs rang a dû leur dire que je ferais tout pour démonter l'organisation.
A l'heure qu'il est, nous ne savons que très peu de choses à son sujet. Les informations s'avèrent difficiles à obtenir tant la corruption est efficace. Et je n'ai soupçonné un complôt que lorsque j'ai vu que les gardes qui t'ont emprisonnés ne m'obeissaient pas... Première erreur de leur part. Erreur qui va leur être fatale parce que je n'ai aucunement l'intention de laisser le Soleil Couchant faire leur petit coup d'Etat dans leur coin.
Deuxième erreur, ils sont si pressés d'agir qu'ils ont corrompus des gardes indignes de leur confiance. Ce qui, entre nous, m'arrange grandement. Regg ici présent en est la preuve. Il va nous aider, et je pense qu'il ne nous ment pas.


Enfin bref... Tu as compris ce qu'il se passe en gros ? C'est assez conséquent....


Basch, après avoir fini son discours, se releva en se tournant vers le jeune Regg. Et attendit la réaction de Vincent.
Revenir en haut Aller en bas
NPG
professeur
avatar

Nombre de messages : 180
Date d'inscription : 26/12/2007

MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Sam 19 Jan - 20:20

Vincent écouta les explications de Basch avec un certain recul et se mit à douter de ces bonnes phrases. Il se tourna vers Jenny qui acquièça pour approuver ce qu'il venait de dire. Impuissant, le prisonnier dût finir par accepter l'idée mais ne put pas pour autant effacer la haine qu'il avait acumulé contre lui lors de ces longues heures de tortures. Il était peut-être innocent mais ses brûlûres lui rappelait trop cette colère enfouit en lui. Il garda le silence mais avait toujours un regard furieu que seuls les sourirs de la fille pouvait, étrangement, adoucir...

- Je... Je veux sortir de cet endroit de malheur au plus vite, c'est ma seule requête pour le moment...

Il essaya de se lever, mais ses blessures, qui pourtant s'étaient calmées, recommencèrent à lui donner d'atroces douleurs. Il ne put s'empêcher de pousser un grognement de douleur. Alors qu'il se rasseyait péniblement, une douce fraicheur passa sur ses plaies et une impression de mal disparut apparut, surprit il se tourna vers la jeune fille qui était pencher sur lui. Fronçant les sourcils, il se pencha légèrement vers elle afin de voir quel était ce miracle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenny
Etudiant Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 728
Age : 28
Localisation : Tu es sûr de vouloir le savoir?
Arme : Epée lourde
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Sam 19 Jan - 21:07

Jenny fut atristée de constater que Vincent continuer de hair Basch malgrès le fait que celui-ci s'était démené avec elle pour lui venir en aide. Il s'assit brusquement mais faillit tomber à cause de son énorme perte d'energie. Elle l'attrapa juste à temps et servit de reposoir. Elle ne s'en plaint pas au contraire! hhkl Elle écouta ensuite le discour de Basch et s'en amusa, il ne pouvait s'empêcher de paraître comme un grand chef! Mais Vincent ne sembla pas se détendre, au contraire. Il garda son air furieux et ne put dire autre chose que son envie de foutre le camp d'ici. La Turks approuva, mais dut s'empresser de le rattraper lorsqu'il essaya de se lever, sans succès, un cri de douleur rajoutant le poids d'une culpabilité qu'elle portait depuis qu'elle avait apprit son arrestation. Elle se rappela soudain qu'elle possédait le moyen de soulager ses souffrances et se pencha sur sa blessure au ventre semblant la plus douloureuse et y posa sa main. Au bout de quelques secondes, elle devint humide et froide, soulageant Vincent. Il se pencha vers elle, curieux de connaitre le pourquoi du comment. Jenny leva alors la tête vers lui et lui fit un sourire joyeux.

- Je maîtrise parfaitement l'élément de l'eau, qui me sert essentiellement à guérir les blessures et redonner de l'énergie. Je suis confuse, avec la situation actuelle, je l'avais complétement oublié et je dois dire que ça m'arrive souvent...

Elle afficha un sourire géné et eut le regard fuyant, n'osant pas regarder les hommes dans les yeux de peur d'avoir des représailles pour sa tête de linotte. Mais curieusement il n'eut aucune reaction. Surprise, elle leva la tête vers Vincent qui la regardait d'un air calme et avait un léger sourire, sa colère ayant curieusement. Alors qu'elle sentait ses joues devenir rouge, elle dirigea son regard vers Basch qui semblait ailleur et regardait dehors, ce qui devait être la raison de son manque de remarques cassantes habituelles. Elle s'empressa de soigner et soulager le pauvre tortionnaire et se leva en première afin de l'aider à se relever. Il afficha une légère grimace mais ne dit rien. Jenny lui donna alors son haut et sa cape qu'il mit lentement, le souffle coupé à chaque mouvement trop brusque. Elle se mit à penser ironiquement aux moments de grands soleil, où elle prenait d'énormes coups de soleil et qu'elle avait exactement les mêmes mimiques que l'homme. Lorsqu'elle se rendit compte que cela l'amusait, la Turks fronça les sourcils et se mit à murmurer pour elle même:

- Pauvre conne, c'est vraiment pas le moment de penser à ça!!!

Elle se tut lorsqu'elle se rendit compte que Vincent venait de terminer et la regarder d'un air curieux. Elle se mit à rire sentant un gros malaise venir en elle, Elle venait encore de se foutre la honte comme d'habitude.... d'habitude? Jenny réalisa que cela faisait depuis que Vincent avait disparut qu'elle ne s'était pas comporté ainsi...
Ne cherchant pas la réponse de cette chose curieuse et se tourna vers Basch:

- Basch! Nous sortons d'ici! Prend la tête en compagnie de..... euh... du mec et moi je suivrais avec Vincent!

Elle mit l'un des bras de l'homme autour de ses épaules et entreprit de le soutenir. Il ne protesta pas et cela donna à Jenny une envie de rougir encore plus intense...

_________________

Auron: "Se battre dans la vie c'est bien mais se battre pour la vie, c'est encore mieux..."
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://final-kingdom.forums-actifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Dim 20 Jan - 1:21

Pendant que Vincent et Jenny étaient dans leur monde, Basch détourna son attention des tourtereaux. Eh oui, ces histoires là n'étaient pas le point fort du guerrier, bien au contraire.
Tout au long de sa vie, Basch n'avait pensé qu'à remplir sa carrière militaire, venger ses parents de son frère, emmagaziner un pactole, penser à sa collection d'armes, se procurer les meilleurs et tailler son jardin.
Maintenant, il commencait à sentir le temps passer et ses objectifs se terminer, comme venger ses parents et avoir la meilleur arme. Il n'avait jamais eu à penser aux femmes, aux enfants. Et la vision des deux compagnons à la fleur de leurs âges fit naître un certain malaise jamais ressenti au paravent. En vérité, il n'avait encore jamais ressenti d'amour pour quelqu'un, en considérant que toutes ses petites histoires de c*l ne sont pas d'amour.

Basch regarda autour de lui, dans la pièce de torture, pour voir s'il pouvait ramasser quelques utiles objets. Il emmena Regg avec lui pour l'occuper. Ce dernier trouva deux queues de phoenix et le bourrain ajouta à sa poche, un ether, une bourse de 400 gils et deux potions.
Il allait dire aux tourteraux qu'il fallait partir quand, par miracle, il n'eut pas à se faire prier. En effet, Jenny venait juste de lui faire remarquer qu'il fallait se carapater.

Je suis d'accord avec toi. Il faut partir d'ici avant que d'autres gardes ne rappliquent. Sans être un gros problème de force, c'est surtout un problème de stratégie. S'ils voient Regg de notre côté, il ne pourra plus se faufiler à l'intérieur du Soleil Couchant. Ca fera un atout en moins.
Partons.

Regg et Jenny aidant Vincent à marcher et Basch à l'avant pour voir si la voie est libre; Les quatre compagnons sortirent à l'endroit même où la jeune fille et le guerrier étaient apparus moins d'une heure avant.
Sans encombre mais non sans une certaine apréhension de la par du chevalier aux cheveux blonds, ils arrivèrent à la salle circulaire. Ici, ce dernier reprit le journal du Prisonnier.
"Si quelqu'un veut un jour s'évader d'ici sans passer par la pièce le grand escaliers, il devra prendre le tunnel de droite. Si quelqu'un voudra aller dans le lieu des supplices, il devra aller à gauche en continuant toujours tout droit. Et si quelqu'un veut se rendre aux cellules, le tunnel du milieu...."

Nous devons prendre le tunnel de droite donc.... Celui-là.

Basch montrait le tunnel du doigt. Il avait vraiment hâte maintenant de sortir de cet endroit sordide.
L'équipe fatiguée, démoralisée l'empreintèrent. Ils marchèrent durant environ quinze minutes et le guerrier sentait sous ses pieds que ce tunnel était ascendant. Quinze laborieuses minutes, et le tunnel toucha à sa fin. Devant eux, un petit escalier s'avanca, puis un palier, et enfin une porte... Et quelle porte.... Elle était en bois sombre, ancienne, extrèmement ancienne, et n'avait pas dû être utilisée depuis des décénies et des décenies.
Basch l'ouvrit. Ils arrivèrent à un sasse qui lui parrut étrangement familier. Il avanca d'un mètre à peine et il se stoppa net. Abasourdi par ce qu'il venait de voir. En face de lui, il y avait une deuxième porte, toute aussi ancienne. Mais dessus, il y avait un symbole gravé : Un bouclier, ou plutôt, un écu, avec dessus deux épées croisées et un dragon traversant le croisement des épées.
Ce symbole n'était autre que... Les armoiries de la famille Ronsenburg.
Pas de doutes possible, il savait où ils avaient atteris : dans sa propre maison ! Au sous-sol, ce fameux sous-sol qui dissimulait ce secret depuis la conception du manoir !

Basch ne pris même pas le temps de le dire à ses compagnons. Ils entrèrent dans le sous-sol par la porte et Basch la scella par soucis de sécurité.
Ensuite, ils traversèrent la pièce carrée remplie de vins de toute sorte (Une vrai petite collection), et passèrent une nouvelle porte après avoir franchi les dernière marches.
Ils arrivèrent dans le Hall d'entrée, juste à côté des fauteuils en cuir rouge et de la cheminé que Basch s'empressa d'allumer.

(Enfin fini ! ^^ Petite surprise de la fin de cet épisode, le passage secret. Tous à vos réactions ! Et pour la bourse, ça fait 100 gils chaqu'un à se rajouter. lool)
Revenir en haut Aller en bas
Jenny
Etudiant Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 728
Age : 28
Localisation : Tu es sûr de vouloir le savoir?
Arme : Epée lourde
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Dim 20 Jan - 16:22

Jenny suivit Basch s'en emmettre la moindre objection sentant tout de même une gêne dans le ton de sa voix, lorsqu'il s'adressa à Vincent et à elle. Avait-elle fait quelque chose de mal? Tout en traçant, la Turks lançait des regards furtifs de chaque côté, vérifiant qu'aucuns gardes n'arrivaient par un quelconque passage. Regg, l'aidait à transporter Vincent qui ne semblait pas très rassuré par le lieux et pâlissait lorsqu'il apercevait des cadavres au sol. Le soldat aussi paraissait mal à l'aise.
Jenny fut surprit de constater cette réaction alors qu'il avait participé aux tortures de Vincent sans tilté, ce qui agaça fortement la fille. Elle n'avait pas voulu le dre, mais elle ne faisait pas confiance au jeune soldat. Curieusement, Vincent ne semblait pas s'en inquièter, trop occupé à en vouloir à Basch, sans doute.
Ils se retrouvèrent à nouveau dans la pièce circulaire et prirent cette fois-ci à droite. Même si Jenny trouvé que ce journal était trop renseigné pour avoir apartenu à un prisonnier, elle suivit tout même l'indication. Ils finirent par arriver devant une porte avec un blason étrangement familier. Basch sembla le connaitre mais ne dit rien et l'ouvrit, les laissant passer. Alors qu'ils se retrouvaient dans une salle poussièreuse et sombre, le chevalier s'empressa de referma la porte et la bloqua de manière à ce que personne ne puisse passer après eux. Ils reprirent leur chemin et montèrent alors des escaliers. Jenny observait les murs et avait de plus en plus l'impression de connaitre l'endroit. Ce ne fut que lorsqu'ils arrivèrent dans un couloir éclairé qu'elle comprit enfin où elle avait vu le blason. Il se trouvé dans la maison de Basch, elle supposa donc qu'ils devaient s'y trouver. Lorsqu'ils arrivèrent dans le salon, elle en fut à 100% sûre...
Dans le salon, elle guida Vincent jusqu'à l'une des chaises et l'aida à s'assoir. Se relevant, elle s'étira longuement, heureuse d'être nouveau à la surface.

- Ah! Enfin! Je n'en pouvais plus, je suis épuisée...

Elle regarda autour d'elle, se rendant compte qu'elle était particulièrement heureuse de se retrouver dans cette maison. Elle ne put s'empêcher de se diriger vers la fenêtre où elle observa les fameux rosiers qui lui donna envie de rire. Elle se rappela soudain de sujet par rapport à son oncle et se tourna vers Basch.

- Au fait! J'aurais aimé que tu me parles de Auron! Comment tu le connais?! Je veux tout savoir!!

Puis soudain se reprit se rendant compte qu'elle s'éloignait du sujet principal:

- Oh! mais peut-être préférez vous que l'on parle de tous le bordel sur le traitre et compagnie...

Personnel, elle n'en avait pas réellement envie et ne souhaiter que repartir chez elle, mais elle se senter un peu responsable et voulait aider Basch comme il l'avait aidé... Elle se dirigea vers une autre chaise et s'y laissa tomber avec un soupire. Ce ne fut qu'après constatation qu'elle réalisa qu'elle était sur la même chaise que lors de la rencontre avec le bras droit de Basch, ce qui la fit sourire...

_________________

Auron: "Se battre dans la vie c'est bien mais se battre pour la vie, c'est encore mieux..."
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://final-kingdom.forums-actifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   Dim 20 Jan - 17:06

(J'ai changé le message d'endroit, je l'ai mis au manoir Ronsenburg.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La prison de Rabanastre, Section A.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La prison de Rabanastre, Section A.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prison Break S3 (spoiler inside)
» Recherche testeurs pour Golden Section d'Atrise sur Mac OS/X
» Punjabi Prison Playset !
» Prison Break
» PRISON BREAK - THEODORE BAGWELL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final-Kingdom :: Administration :: Vérrouillé :: Univers RPG :: Rabanastre (XII)-
Sauter vers: